Représentation de parties en justice : l’action en responsabilité se prescrit par 5 ans ( à compter de la fin de la mission) – Cassation

Représentation des parties en justice : l’action en responsabilité se prescrit par 5 ans ( à compter de la fin de la mission) – Cassation

Représentation des parties en justice :

l’action en responsabilité se prescrit par 5 ans

( à compter de la fin de la mission)

L’action en responsabilité dirigée contre les personnes ayant représenté ou assisté les parties en justice se prescrit par cinq ans à compter de la fin de leur mission;

La Cour de Cassation a cassé un arrêt de la Cour d’appel d’Aix en Provence et jugé que l’’action en responsabilité dirigée contre les personnes ayant assisté ou représenté les parties en justice se prescrit par cinq ans à compter de la fin de leur mission.

COUR DE CASSATION______________________

Audience publique du 10 mars  2021

Cassation

Mme BATUT, président

Arrêt n 218 F-Do Pourvoi n X 18-23.943 o

R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E _________________________

AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS_________________________

ARRÊT DE LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE,

DU 10 MARS 2021

M. XXX – représenté par Me Marie Claude Alexis avocate au Barreau de Paris-  a formé le pourvoi n ° 18-23.943 contre l’arrêt rendu le 23 octobre 2018 par la cour d’appel de Paris (pôle 2,chambre 1)  dans le litige l’opposant :

1/ à la société XXX  société anonyme, dont le siège est 1 cours Michelet CS 30051, 92076 Paris La Défense cedex,

2/ à M. XXX défendeurs à la cassation.

Le demandeur invoque,à l’appui de son pourvoi, le moyen unique de cassation annexé au présent arrêt. Le dossier a été communiqué au procureur général.

Sur le rapport de Mme Teiller, conseiller, les observations de la SCP Alain Bénabent, avocat de XXX avocat de la société Allianz IARD et de M. Ristaino, après débats en l’audience publique du 19 janvier 2021 où étaient présentes Mme Batut, président, Mme Teiller, conseiller rapporteur, Mme Duval-Arnould, conseiller doyen, et Mme Berthomier, greffier de chambre, la première chambre civile de la Cour de cassation, composée des président et conseillers précités, après en avoir délibéré conformément à la loi, a rendu le présent arrêt.

Faits et procédure

1. Selon l’arrêt attaqué (Paris, 23 octobre 2018), M.XX avocat(l’avocat), assuré auprès de la société Allianz IARD (l’assureur),a assisté XX , aux droits de laquelle vient M. XX  au cours d’une procédure en fixation de loyer commercial contre les sociétés Marionnaud parfumerie et Marionnaud Lafayette.

Voir aussi : Responsabilité de l’avocat : quelles sont les fautes le plus souvent reprochées à l’avocat ?

La demande formée par  XXX a été déclarée irrecevable car prescrite par un jugement du 14 mai 2007, confirmé par un arrêt du 4 juin 2009, devenu irrévocable après un rejet du pourvoi en cassation formé contre cette décision (3Civ.,e24 novembre 2010, pourvoi n 09-16.104).

o2. Le 3 juin 2014, M. XXX estimant que l’avocat avait commis une faute en agissant tardivement contre la société Marionnaud Lafayette, a assigné l’assureur afin d’obtenir le paiement de dommages-intérêts. L’avocat est intervenu volontairement à l’instance.Examen du moyen

Sur le moyen, pris en sa troisième branche –

Enoncé du moyen :

3.M XX  fait grief à l’arrêt de déclarer irrecevable son action contre l’avocat et l’assureur, alors « que l’action en responsabilité dirigée contre les personnes ayant représenté ou assisté les parties en justice se prescrit par cinq ans à compter de la fin de leur mission;

Voir aussi : Responsabilité de l’avocat : quelles sont les fautes le plus souvent reprochées à l’avocat ?

Que la cour d’appel a relevé que l’avocat était investi d’un mandat d’assistance devant la cour d’appel ; qu’il en résultait que la mission de l’avocat s’était poursuivie au cours de l’instance d’appel et n’avait pu,en aucun cas, prendre fin avant l’arrêt d’appel, soit avant le 4 juin 2009 ;

que la prescription quinquennale de l’article 2225 du code civil avait donc commencé à courir, au plus tôt,le4 juin 2009 ; que dès lors, l’action directe introduite par M. XX  le 3 juin 2014 contre l’assureur n’était pas prescrite ;

qu’en déclarant néanmoins cette action irrecevable, la cour d’appel a violé l’article 2225 du code civil. »Réponse de la Cour Vu l’article 2225 du code civil :

4. L’action en responsabilité dirigée contre les personnes ayant assisté ou représenté les parties en justice se prescrit par cinq ans à compter de la fin de leur mission.

Voir aussi: avocat pénal : Comment bien choisir ?

5. Pour déclarer irrecevable l’action intentée par M.XX , l’arrêt retient qu’il disposait avec sa mère dès le jugement du 14 mai 2007 des éléments leur permettant d’exercer une action contre l’avocat, qu’il n’existait pas d’empêchement d’agir ensuite même si celui-ci avait encore un mandat d’assistance devant la cour d’appel et qu’en raison de l’entrée en vigueur de la loi du 17 juin 2008 ayant réduit à cinq ans le délai de prescription, l’action est prescrite depuis le 19 juin 2013.

Voir aussi : Responsabilité de l’avocat : quelles sont les fautes le plus souvent reprochées à l’avocat ?

6. En statuant ainsi, sans tirer les conséquences légales de ses constatations desquelles il résultait que la mission de l’avocat s’était poursuivie au cours de l’instance d’appel ayant pris fin le 4 juin 2009, la cour d’appel a violé le texte susvisé.

PAR CES MOTIFS, et sans qu’il y ait lieu de statuer sur les autres branches du moyen, la Cour :

CASSE ET ANNULE, en toutes ses dispositions, l’arrêt rendu le23 octobre 2018, entre les parties, par la cour d’appel de Paris ;Remet l’affaire et les parties dans l’étatoù elles se trouvaient avant cet arrêt et les renvoie devant la cour d’appel de Paris autrement composée ;Condamne M. Ristaino et la société Allianz IARD aux dépens ;

En application de l’article 700du code de procédure civile, rejette les demandes ;Dit que sur les diligences du procureur général près la Cour de cassation, le présent arrêt sera transmis pour être transcrit en marge ou à la suite de l’arrêt cassé ;

Ainsi fait et jugé par la Cour de cassation,première chambre civile, et prononcé par le président en son audience publique du dix mars deux mille vingt et un.

Voir aussi : Responsabilité de l’avocat : quelles sont les fautes le plus souvent reprochées à l’avocat ?

MOYEN ANNEXE au présent arrêt

Moyen produit par la SCP Alain Bénabent, avocat aux Conseils, pour M. XXX Il est fait grief à l’arrêt infirmatif attaqué d’avoir déclaré irrecevable l’action de M. XX contre la société Allianz Iard et Me Ristaino ;

AUX MOTIFS QUE « l’action en responsabilité contre un avocat au titre d’une faute commise dans l’exécution de sa mission de saisir une juridiction d’une action déterminée se prescrit à compter du prononcé de la décision constatant l’irrecevabilité de cette action;

Que le tribunal de Grasse a, par jugement du 14mai 2007, déclaré prescrite l’action en fixation des loyers que Me Ristaino avait introduite à la demande de sa cliente, Mme Carlier ;que M XXX venant aux droits de Mme XXX décédéele1avril 2012, n’a exercé l’action en responsabilité contre la société Allianz, assureur couvrant la responsabilité de Me Ristaino, que le 3 juin 2014, les demandes contre Me Ristaino n’ayant été formulées que plus tard,par conclusions du 14 janvier2015 ;

qu’à la date du 14 mai 2007, Mme XXX puis son fils, qui s’occupait de ses affaires et disposait d’ailleurs déjà d’une consultation d’un avocat lui présentant cette option, ont disposé avec le jugement du tribunal de Grasse des éléments leur permettant de diligenter une action contre Me Ristaino, quitte à solliciter un sursis à statuer jusqu’à l’issue d’un éventuel recours pour l’exercice duquel cet avocat n’a plus représenté sa cliente; qu’il n’existait aucune impossibilité pour Mme XXX d’agir contre Me Ristaino même si celui-ci avait encore un mandat d’assistance devant la cour ;

qu’en tout état de cause, tout empêchement aurait disparu après l’arrêt de la cour d’appel d’Aix-en-Provence du 4 juin2009 confirmant le jugement, de sorte que Mme XXX, puis son fils,disposaient encore,jusqu’au19 juin 2013, très largement du temps nécessaire pour diligenter une procédure contre son ancien conseil ;

qu’en conséquence de la loi du 17 juin 2008 ayant réduit à 5 années depuis la date de son entrée en vigueur, soit le 19 juin 2008, le délai auparavant décennal de prescription, l’action de M. XXX est prescrite depuis cette date du 19 juin 2013 ; qu’ayant été introduite postérieurement, elle doit être déclarée irrecevable » ;1/

ALORS QUE l’action en responsabilité dirigée contre les personnes ayant représenté ou assisté les parties en justice se prescrit par cinq ans à compter de la fin de leur mission; qu’en affirmant que « l’action en responsabilité contre un avocat au titre d’une faute commise dans l’exécution de sa mission de saisir une juridiction d’une action déterminée se prescrit à compter du prononcé de la décision constatant l’irrecevabilité de cette décision» (cf. arrêt p. 4, avant-dernier §), la cour d’appel a violé l’article 2225 du code civil ;

ALORS QUE l’action en responsabilité dirigée contre les personnes ayant représenté ou assisté les parties en justice se prescrit par cinq ans à compter de la fin de leur mission ; qu’en s’abstenant de rechercher la date à laquelle Me Ristaino avait terminé sa mission, laquelle constituait le point de départ de la prescription de l’action en responsabilité engagée à son encontre, la cour d’appel a privé sa décision de base légale au regard de ’article 2225 du code civil ;

3/ ALORS QU’EN TOUTE HYPOTHESE, l’action en responsabilité dirigée contre les personnes ayant représenté ou assisté les parties en justice se prescrit par cinq ans à compter de la fin de leur mission; que la cour d’appel a relevé que Me Ristaino était investi d’un mandat d’assistance devant la cour d’appel (cf. arrêt p. 5, § 3) ;

Voir aussi: avocat pénal : Comment bien choisir ?

qu’il en résultait que la mission de l’avocat s’était poursuivie au cours de l’instance d’appel et n’avait pu,en aucun cas,prendre fin avant l’arrêt d’appel, soit avant le 4 juin 2009 ; que la prescription quinquennale de l’article 2225 du code civil avait donc commencé à courir,au plus tôt,le 4 juin 2009; que dès lors, l’action directe introduite par Monsieur XX le 3 juin 2014 contre la société Allianz Iard n’était pas prescrite ;

qu’en déclarant néanmoins cette action irrecevable, la cour d’appel a violé l’article 2225 du code civil

Voir aussi : Comment choisir un avocat en Propriété intellectuelle ?

+

Uber : la Justice reconnait un « contrat de travail» avec les chauffeurs – une « première » pour le géant américain en France

Droit des Marques : la SPA obtient la nullité de la marque SPA de France ( concurrence déloyale)

+

Avocats victime d’accident de la route : comment choisir son avocat ? |

Référencement site Internet : les pièges à éviter / Combien ça coute ?

+

Quel prix pour une annonce légale ? Combien ça coûte – Création de société ( SARL / EURL) – publiez en ligne

Médias infos : : France, Publicis, Tourisme Banque, Droit Internet 2, Blog EL, Bourse, débouté, Sicav FCP, Livret A, Argent, Épargne, clinique 3, Tube, justice 3 Festival de Cannes, Topfilms, Tube 2, patients, ACBM, Tube 3, Tube 4, référencement, acteurs, assurance vie, Économie, ABC, Monde, Docteur Fraudes,maquillage,NKM, Médias, assurance 3 chirurgie esthétique, légal ,immobilier, Education Nationale, Débats, Culture, clinique 2, International, sémantique,
avocat propriété intellectuelle, Eurovision , API, Studio 2, Studio3 Studio4, recrutement distribution, recrutement media, recrutement, emploi-commerce, transfomation logistique, recrutement distribution 1

Interview 4, Interview 5, Interview 6,Santé 8, tube 2.0 maquillage, stars , Santé 7, Tribunal,Santé 1, médecins, absence 3, Droit Internet 2, absence 3, refus 2, expertises 2, TF1, avis 8, préjudice 2 , Vidéos,meilleurs, santé 4 , ACBM, Internet, meilleurs, consommation, meilleurs 3, , santé 5, Blog, Débouté Droit Internet, audio, audio 2, TopFemmes, annonce légale moins cher, légal, Expertis,Expertis 2, Santé 8, stars , jurisprudences, Tribunal, Santé 1, médecins, avocats, absence 3, euro, Dernières Actualités, Interventions, Web, Refus , Rhinoplastie, animateurs tv, refus, Docteur Fraudes, Liposuccion, Top meilleurs, ACBM, Rhinoplastie 2, Chirurgie esthétique du ventre, conseils, Dernières euro 2, Interventions, Web, Refus , avis 4, avis 5, avis 6, avis 7, référencement, référencement 77,avocats, accidents avocat, acteurs, Formalité d’entreprise paris, Cabinet formalité Paris, Cabinet formalité Paris, TUP ( Transmission Universelle Patrimoine), Fusion Transfrontalière , Santé 7, TUP, Santé 7, Recrutement distribution

COPYRIGHT ©2006-2016 © www.legal-scope.fr Tous droits réservés

Réagir
Ajouter
Archives
Suivez-nous

Google+ Instagram Facebook Twitter Mobile RSS

Service Client Mentions légales Conditions générales d’utilisation Charte des commentaires Contacts Archives sujets en régions Boutique Régie Publicitaire

La fréquentation du site LEGAL-SCOPE est certifiée.